Passer au contenu
Ouverture le 22 juin 2020 d'une nouvelle boutique 55 rue Boulevard de Sébastopol à Paris.
Ouverture le 22 juin 2020 d'une nouvelle boutique 55 rue Boulevard de Sébastopol à Paris.

Qu'est-ce qu'être vegan ?

Au cours des dernières années vous avez beaucoup entendu parler de Vegan, véganisme mais ne savez pas de quoi il s’agit ?
Voici un petit guide du véganisme afin de mieux comprendre ce mode de vie  😉

Qu’est-ce qu’être vegan ?

Etre vegan c’est refuser toute exploitation animale.

Qu’est-ce que le véganisme ?

Le terme « vegan » a été créé en 1944 par Donald Watson, co-fondateur de la VeganSociety et premier adepte du véganisme.  Le mot « vegan » est issu de l’anglais, il a été conçu à partir des premières et dernières lettres de « Vegetarian ». En français il se prononce végane.

Le véganisme est une façon de vivre basée sur le refus d’exploiter les animaux. On cherchera par tous les moyens à ce que l’homme ne soit pas source de souffrance pour les animaux.

Le véganisme affirme que les animaux ont un droit naturel à la vie et à la liberté, à ne pas se faire exploiter ou à être maltraité. Le but est que les animaux, comme les Hommes soient traités de manière éthique.

Le mode de vie Vegan, en bref

Les véganes ne consomment pas ou n’utilisent pas de produits d’origine animale ou issus d’animaux dans tous les aspects de leur vie. Ainsi, tout ce qui est fait à partir de chair, de fourrure, de cuir, de laine, de soie ou encore de graisses animales est non utilisé. 

Ils excluent également tous les produits testés sur les animaux comme certains produits d’entretien ou cosmétiques.

Le mode de vie végan s’étend donc à tous les produits alimentaires, ainsi qu’aux produits d’utilisation courante: vêtements, produits d’entretien, cosmétiques…
Le refus de l’exploitation animale est vraiment la notion clef du véganisme. Plus tard, l’idéologie anti-spéciste est apparue déclarant que toutes les espèces sont égales en droit.

Le véganisme et l’anti-spécisme restent toutefois deux idées de penser distinctes puisque le véganisme ne va pas aussi loin dans les considérations entre les espèces.

Quel est la différence entre un végétarien, un végétalien et un vegan ?

  • Le végétarisme est un régime alimentaire qui exclue les produits issus de l’abattage des animaux. Ainsi, un végétarien ne mange ni viande, ni poisson, ou crustacés, caviar, présure*, gélatine**…
  • Le végétalisme est un régime alimentaire qui en plus d’exclure la viande et le poisson, exclue également tout ce qui est issus de la production/exploitation animale. Un végétalien ne consomme donc ni oeufs, ni lait, ni miel ou tout autre ingrédients dans lequel on peut trouver des graisses animales…
  • Le véganisme est quant à lui, plus qu’un régime alimentaire. Il s’agit d’un mode de vie qui englobe de ne pas consommer quoique ce soit qui provienne d’un animal. Un vegan est donc une personne au régime alimentaire végétalien mais qui en plus n’utilise aucun produit d’origine animale dans tous les aspects de sa vie courante.

*la présure est extraite de la quatrième poche de l’estomac (appelée “caillette”) des jeunes ruminants (veaux ou chevreaux). Ce sont des abats. Les végétariens les plus stricts ne consomment pas les fromages qui en contiennent

** La gélatine est une substance obtenue par l’ébullition prolongée de la peau d’animaux (porc)

Le veganisme appliqué dans le milieux cosmétique

Qu’est-ce qu’un cosmétique vegan ?

Un produit cosmétique vegan ne doit contenir aucun ingrédient d’origine animale, y compris le lait*, les œufs*, la cire, la lanoline, la résine de shellac**, les graisses issues d’animaux.

Un produit vegan est également un produit « cruelty free » ou « sans cruauté ». Cela signifie qu’il n’est pas testé sur l’animal que ce soit à l’échelle des ingrédients, de l’élaboration de la formulation ou bien en test de produit fini. Pourquoi ? Tout simplement pour éviter la souffrance des animaux en laboratoire.

Et oui, pourquoi un produit destiné à l’Homme devrait-il être testé sur un animal ?

Les cosmétiques portant le «Label vegan » véhiculent donc des valeurs fortes.

Les cosmétiques labellisés sont éthiques, derrière eux se cachent une recherche de naturalité, de respect de la vie et de moindre impact sur l’environnement.

Vous voulez en savoir plus sur les cosmétiques vegan ?

Qu’est-ce que le label vegan ?

Un produit portant le “Label Vegan” est composé à base de végétaux. Il est bien évidemment non testé sur les animaux et ne contient aucun ingrédient ou sous-produit d’origine animale (ni lait, ni oeufs, ni cire, ni lanoline, ni graisse animale…)

C’est un gage de fiabilité pour les végans, les végétaliens et les végétariens.

En bref : Un produit Cruelty Free ET sans ingrédient d’origine animale = Un produit Vegan

Astuce:

  • Un produit pour végétarien => convient aux végétariens
  • Un produit végétalien => convient aux végétariens ET aux végétaliens
  • Un produit végan => convient aux végétariens ET aux végétaliens ET aux végans

Est-ce la fin des tests sur les animaux ?

Selon le 7ème amendement de la directive sur les Cosmétiques (76/768/CEE) adopté en 2003, tous les tests sur les animaux sont interdits depuis Mars 2013.

Toutefois, le 11 mars 2013, la Commission Européenne présente le communiqué suivant :

« COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL concernant l’interdiction de l’expérimentation animale et l’interdiction de mise sur le marché dans le secteur des cosmétiques et faisant le point sur les méthodes de substitution à l’expérimentation animale.

(…)

La majorité des ingrédients utilisés dans les produits cosmétiques sont des ingrédients qui sont également utilisés dans de nombreux autres produits de consommation et produits industriels, tels les produits pharmaceutiques, les détergents et les denrées alimentaires, et l’expérimentation animale peut se révéler nécessaire pour garantir la conformité de ces produits avec le cadre légal qui leur est applicable. En général, les ingrédients utilisés dans les produits cosmétiques sont également soumis aux dispositions horizontales du règlement REACH et il se peut qu’il soit nécessaire d’avoir recours à l’expérimentation animale pour compléter les dossiers s’il n’existe aucune autre solution. Il revient donc aux États membres d’apprécier et de décider si l’expérimentation animale effectuée au titre d’autres législations doit être considérée comme relevant de l’interdiction de mise sur le marché de 2013. »

Source : communiqué de presse de la Commission Européenne en date du 11 mars 2013, page 9, paragraphe 2.

Et en Chine ?

Le 11 mai 2014, le gouvernement chinois a indiqué qu’à partir de l’été 2014, les compagnies cosmétiques pourraient choisir ou non de procéder à des tests sur des animaux vivants (Source : Télévision chinoise – CCTV.com-Français). Ainsi, les tests ne sont pas interdits.